Retraités dans la République

AccueilForumArticlesGalerieTéléchargements
Visiteurs: 330055
Aujourd'hui: 34
Se connecter



S'inscrire

Image aléatoire
Mini sondage
Le Site Retraités dans la République est ?












Résultats



En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total: 1
Newsletter


Voir les Archives


Articles - Répartition
Poster commentaire
Répartition: est ce si différent dans la Fonction publique?

Le système de retraites par répartition, un salaire continué, parfois appelé salaire socialisé, a été solidement mis en place à la Libération, puis s'est généralisé: aucune accumulation de capital, les cotisations sont dépensées au jour le jour pour payer les retraites de nos prédécesseurs. Aucun capital n'étant accumulé, il n'y a aucun bénéfice pour des intermédiaires, des assureurs ou des banquiers, c'est ce qui les chagrine fort. Aucun capital n'étant accumulé il ne peut être détourné, volé, gaspillé comme cela se produit dans les fonds de pension. L'Etat, mais aussi des représentants des salariés, des employeurs, suivent et contrôlent le système. C'est le système qui coûte le moins cher en gestion pour le salarié ou le retraité. C'est le seul qui assure une sécurité. Il repose sur la solidarité inter générationnelle républicaine. Il est menacé, condamné même si on en croit les déclarations de Denis KESSLER qui dans Challenges écrivait il n'y a pas si longtemps que les réformes du gouvernement actuel sont une destruction systématique des lois de la Libération, elles mêmes hérités du Conseil National de la Résistance. Il est temps que le peuple tout entier résiste à nouveau à sa spoliation programmée.
Les comparaisons ci dessous concernent surtout les fonctions publiques dont on dit à tort qu'elles s'opposent au régime général. Dresser une partie de la population contre une autre est un moyen courant de détruire ce qui était pourtant juste. Aucun destructeur n'a proposé d'aligner le régime général sur les régimes Fonction publique: il y aurait trop perdu.

L'interview ci dessous a été assurée par Jacques POBERAY pour le Progrès (Progrescopie, octobre 2000).

Cliquez ici pour lire l'article.

Note: Aucune note
Ecrit par: tavardon, Le: 04/08/09