Retraités dans la République

AccueilForumArticlesGalerieTéléchargements
Visiteurs: 330084
Aujourd'hui: 63
Se connecter



S'inscrire

Image aléatoire
Mini sondage
Le Site Retraités dans la République est ?












Résultats



En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total: 1
Newsletter


Voir les Archives


Articles - D'où viennent les déficits publics
Poster commentaire
Article sur le site du « Monde » 27 octobre 2009 Transmis par Pierre JALADE

Nicolas Sarkozy et sa douche faramineuse


Réception pharaonique pour le lancement de l’Union pour la Méditerranée
(Philippe Wojazer/Reuters)

Un rapport de la Cour des comptes remis au Sénat et révélé par Mediapart, fustige les 171 millions d’euros dépensés par la France pour sa présidence de l’Union dans le second semestre 2008, l’une des plus coûteuses de l’histoire.

Sous le titre “la folie des grandeurs”, Mediapart a également publié une lettre au ton très critique envoyée par le président Philippe Séguin le 9 octobre au Sénat.

Dans ce rapport, la Cours’interroge particulièrement sur le sommet voulu par Nicolas Sarkozy pour lancer son projet d’Union pour la Méditerranée, le 13 juillet 2008, au Grand Palais, à Paris. C’est le symbole des dépenses “hors normes” : il aura coûté… 16,6 millions d’euros !

Mathilde Mathieu, dans un second article sur Mediapart, souligne : “A cette manifestation, la Cour des comptes a jugé bon de consacrer 5 pages dans son rapport. «Par son ampleur, le caractère irrégulier des procédures suivies, et son impact massif pour les finances publiques, ce sommet constituera une forme de record».

Rien que le dîner servi le 13 juillet au soir” à 43 chefs d’Etat a coûté plus d’un million d’euros !


Et lorsqu’on lit le rapport dans le détail, les sommes dépensées sont affolantes : 400.464 euros de mobilier, écrans plats inclus, 194.977 euros pour des jardinières et 91.456 euros de moquette. L’installation, le nettoyage et le démontage auront, eux, coûté 4.383.614 euros. “Le Grand Palais avait été entièrement aménagé pour l’occasion, dans une certaine précipitation (…) 500 techniciens avaient été mobilisés, des jours entiers - dont 300 de nuit”. “Compte tenu des délais très courts de montage et démontage, le chantier devait être opérationnel 24 heures sur 24, rappelle la Cour des comptes.

Et voici un extrait d’un article similaire publié dans l’Expansion

Le logo de la présidence française, montrant des drapeaux européen et français, a profité au célèbre designer, Philippe Stack, qui a empoché 57.408 euros par l'intermédiaire d'un sous-traitant, après une mise en concurrence jugée curieuse par la Cour.

En général, n'y a pas eu d'évaluation de l'intérêt des dépenses et de leur impact, déplore aussi Philippe Séguin, qui estime que l'Union devrait à l'avenir mieux encadrer et organiser ces dépenses.
L’expansion 26/10/09 Transmis par Bob DEVILLE
Note: Aucune note
Ecrit par: tavardon, Le: 28/10/09