Retraités dans la République

AccueilForumArticlesGalerieTéléchargements
Visiteurs: 330085
Aujourd'hui: 64
Se connecter



S'inscrire

Image aléatoire
Mini sondage
Le Site Retraités dans la République est ?












Résultats



En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total: 1
Newsletter


Voir les Archives


Articles - UFAL: Mutuelles sous domination?
Poster commentaire

La FNMF et la FMF, « apprentis sorciers » et « cheval de Troie » des firmes multinationales de l’assurance ?


Comme vous le savez, l’Union nationale des organismes complémentaires à l’assurance-maladie (UNOCAM) est composée de la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF dont la Fédération des mutuelles de France FMF est membre), les Instituts de prévoyance (IP) (organismes paritaires dirigés in fine par des groupes d’assurance privée) et la Fédération française des sociétés d’assurance (regroupant les firmes multinationales des assurances).

Son président est Jean-Michel Laxalt, dirigeant de la Mutuelle générale de l’Education nationale (MGEN) qui est nommé là par la FNMF encore majoritaire dans l’UNOCAM.


Et c’est la FNMF et son président Davant qui négocie pour l’UNOCAM.

Tout d’abord, les dirigeants de la FNMF ont accepté que les règles de fonctionnement de l’UNOCAM demandent que les décisions ne peuvent être prises qu’avec une majorité de 60% des voix alors qu’ils n’ont pas 60% des membres au Conseil de l’UNOCAM.

Ce qui veut dire que toute décision de l’UNOCAM doit avoir l’aval des IP ou de la FFSA soit des deux ! Le partenariat public-privé ligote donc la mutualité avec des « bracelets » dont la clé est possédée par les assureurs !

De plus, la FNMF a avalisé une nouvelle législation sur les contrats de groupe qui favorisent les assureurs privés !

Alors regardons ce que nous dit le Fonds CMU sur l’évolution des parts de marché au sein de la complémentaire santé ? Et bien que les gagnants sont les firmes multinationales des assurances et donc in fine leurs actionnaires !
En 2007, la mutualité représentait 58,27% du chiffre d’affaires de la complémentaire santé contre 24,58% pour les firmes multinationales de l’assurance. En 2008, elle ne représentait plus que 57,1% contre 25,50% pour leurs concurrentes. Et au premier semestre 2009, le rapport donnait 54,51% contre 28,84%. En un mot comme en cent, la pénétration des assureurs travaillant pour leurs actionnaires s’accélère !

Pendant combien de temps cette supercherie restera hors du débat raisonné du peuple ?
par Bernard Teper
Secrétaire national de l'UFAL
Note: Aucune note
Ecrit par: tavardon, Le: 15/11/09