Retraités dans la République

AccueilForumArticlesGalerieTéléchargements
Visiteurs: 330084
Aujourd'hui: 63
Se connecter



S'inscrire

Image aléatoire
Mini sondage
Le Site Retraités dans la République est ?












Résultats



En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total: 1
Newsletter


Voir les Archives


Articles - Poids des mots et lavage de cerveau
Poster commentaire

Le dictionnaire de la langue de Bois et des concepts opérationnels



"En 1968, un philosophe aujourd'hui oublié, Herbert Marcuse, nous mettait en garde : nous ne pourrions bientôt plus critiquer efficacement le capitalisme, parce que nous n'aurions bientôt plus de mots pour le désigner négativement. 30 ans plus tard, le capitalisme s'appelle développement, la domination s'appelle partenariat, l'exploitation s'appelle gestion des ressources humaines, et l'aliénation s'appelle projet.
Des mots qui ne permettent plus de penser la réalité, mais simplement de nous y adapter en l'approuvant à l'infini. Des «concepts opérationnels» qui nous font désirer le nouvel esprit du capitalisme, même quand nous pensons naïvement le combattre.
Notre langage est doucement fasciste, si l'on veut bien comprendre le fascisme comme l'élimination de la contradiction. Georges Orwell ne s'était pas trompé de date : nous avons failli avoir en 1984 un «ministères de l'intelligence». Assignés à la positivités, désormais, comme le prévoyait Guy Debord : Tout ce qui est bon apparaît, tout ce qui apparaît est bon....Ainsi, par exemple, nous sommes tous plus ou moins conscient de l'impérieuse nécessité de nous opposer à la « démarche qualité », s'agissant de l'intervention sociale, culturelle, éducative, ou médico-sociale. Mais à moins d'avoir sérieusement approfondi la question, cette nécessité reste pour le moment au niveau d'une intuition. Il nous semble que quelque chose ne va pas dans cette démarche. Mais comment s'opposer à la « qualité » à moins de passer pour un fou ou un saboteur ? Nous ne le pouvons pas ! A moins de dévoiler le mensonge du langage, nous sommes désormais condamnés à accepter TOUT ce qui se présente sous cette démarche.

La question stratégique qui se pose à nous est donc : « comment nous réapproprier un langage critique » qu'on nous a interdit, volé, maquillé, dont on nous a dépossédé ? De quelle manière ? cela est-il simplement possible, et à quel prix ?

Nous appelons "éducation populaire", ce travail de réappropriation, d'interrogation des évidences, et de reconquête d'une pensée critique."

Un des axes de l'éducation populaire vise à rendre des individus actifs face à un apprentissage, face au monde, à façonner sciemment leur esprit critique. Cela peut passer par se réapproprier des définitions galvaudées.

Un des axes de l'éducation populaire vise à rendre des individus actifs face à un apprentissage, face au monde, à façonner sciemment leur esprit critique. Cela peut passer par se réapproprier des définitions galvaudées.

Pour faire court, je dirais que le langage employé par les lobbies sont de la "déséducation"
. Il ne visent qu'à défendre leurs intérêts, quitte à modifier la réalité au forcing et à l'usure. Quand ce langage rentre de plus en plus loin dans le langage que l'on utilise, ça devient un réel danger puisqu'il touche à quelque chose de fondamental : notre conception de la réalité.

Une sorte de sape totalement voulue et orchestrée, n'en doutez pas, mais qui a la perversité de nous laisser nous-même apporter la touche finale à ces opérations de désinformation en intégrant certains non-concepts, ou concepts trahis (discrimination positive, pays émergents,...) dans notre langage, dans notre pensée. Aaargh !

Je vous conseille le film "Thank You For Smoking", pour voir comment marche la communication des industriels du tabac.

A nous, donc, de réfléchir à ce que l'on voit et à définir nous-même les choses au lieu de subir les PACKS SUBJECTIFS fournis par les profiteurs ("ceux qui font du profit", au sens strict). Porter un vrai regard sur le monde, c'est ça (la perte de vocabulaire des jeunes générations est pour ça un réel danger, les limitant à ne définir que des choses directes, primaires et à interdire l'accès à un esprit plus critique).

On imagine bien pourquoi l'éducation populaire est dévaluée et mise de côté par ceux qui veulent faire valoir leurs intérêts et voient en elle un danger.

Refusez : Résistez !
Elaïs, 29 mars 2010

Voici l'adresse du Dictionnaire en ligne de la langue de Bois et des concepts opérationnels.

http://www.scoplepave.org/ledico/frame_dico.htm
Note: Aucune note
Ecrit par: tavardon, Le: 24/06/10