Retraités dans la République

AccueilForumArticlesGalerieTéléchargements
Visiteurs: 345556
Aujourd'hui: 23
Se connecter



S'inscrire

Image aléatoire
Mini sondage
Le Site Retraités dans la République est ?












Résultats



En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total: 1
Newsletter


Voir les Archives


Articles - Géraldine
Poster commentaire
L'Etat républicain est aussi un employeur qui doit respecter ses salariés. Il utilise de plus en plus de vacataires; pour les jeter comme des kleenex lorsqu'ils ont servi et bien qu'on les regrette sur leur lieu de travail. L'Etat en 2008, en 2009, regrette périodiquement que les usagers aiment leur service public, et pour porter atteinte à cette bonne image, il n'hésite pas à pourvoir aujourd'hui un poste de travail nécessaire, demain à chasser de ce poste l'employé choisi précaire et en position de faiblesse pour ne pas le remplacer et pour que le service en souffre. Avec à la clé une personne dévouée qui n'avait pas démérité jetée à la rue. Où est la justice sociale? Qu'est devenue la fraternité républicaine? Illustration:

Géraldine, EVS.

Aux milliers de Géraldine ou François, dans des milliers d’écoles,
A Chessy, à Chatillon, à Bagnols et St Grégoire,
Recrutés pour 3 ans par l’ANPE devenue le Pôle emploi,
Dits alors prioritaires parce qu’au RMI,
Puis priés de partir,
Parfois remplacés, souvent pas
Comme à Bagnols ou Châtillon en 2008 (mais il en revient d’autres en 2009).
Une réflexion citoyenne : Diffuser, diffuser
Pour que ces acquis qui ne sont pas diplôme
Soient valorisés pour une embauche
En petite enfance
Et les tout prochains Jardins d’éveil...

Claude Barratier 2 juillet 09


« Un p'tit bonheur sur une page,
Une douceur..pour l'Education Nationale.
Je le confie à la toile,
La grande toile du progrès,
Afin qu'il tisse les voiles...
De la solidarité,
Et qu'il rayonne aux ondes...
De l'humanité.

Je suis Professeur des Ecoles
Dans un petit village de l'Eure,
Trois cents âmes y demeurent,
Et vingt- six élèves à l'école...
Une classe, dite « unique »,
Mais cinq cours, dits multiples..
Dans cette école une chance,
Un p'tit morceau de bonheur,
Qui s'écrit avec ces trois lettres:
EVS, Employée de la Vie Scolaire...
Pour l'Education Nationale,
Un p'tit bonheur, c'est pas banal,
Notre bonheur, c'est Géraldine,
En silence elle participe
Elle est..une Valeur Ajoutée
HUMAINE rentabilité,
Et c'est du bonheur ...assuré !

Dès le matin, elle s'active,
C'est sur le net qu'elle s'incline
Les courriers, les notes de service,
Toutes les infos de l'inspectrice,
Et celles de l'Académie...

Mes mots notés au brouillon,
Les compte-rendus de réunion,
Tapés, imprimés, photocopiés,
Enveloppés, adressés, timbrés,
Prêts à être distribués...
Encadrés, les derniers dessins des CP,
Affichés, sinon...à quoi bon dessiner?

Un CM vient montrer son texte sur le musée,
Elle l'aide à le recopier, à taper sur le clavier...
Retentit le téléphone, qu'elle décroche sans tarder,
Afin de ne pas gêner, le travail commencé,
Un autre enfant vient finir avec elle l'exercice,
Elle explique et décortique, redonne de l'énergie..

Rangée la bibliothèque,
Notés les livres prêtés,
Elle prépare la maquette,
La une du journal scolaire...

Ah! Notre petit journal
« Magique », ils l'ont appelé
Quel travail de fourmi,
J'y passerai......des nuits ?

Sonne la récréation, une mi-temps pour souffler,
Elle me rejoint, souriante, à la main nos deux cafés,
Quelques chaudes gorgées, entre... deux conflits à régler,
Des solutions à trouver, des mots à reformuler,
Une écorchure à soigner, une blessure à consoler...

Et puis...c'est reparti !
Sur les chemins de la connaissance,
Vaincre ainsi sans cesse l'ignorance,
Avec labeur, effort, sérieux,
S'ouvrir l'esprit, être curieux.

Ne pas oublier l'insouciance,
De tous ces êtres en enfance,
La bonne blague!... On la mettra dans le journal,
Les bons gags, et les rires, c'est vital !
Dans les pots
Les peintures sont bien préparées,
Quatre enfants sur un chevalet,
Deux à l'ordi pour recopier,
Sans elle, jamais...
Ce ne serait si bien géré.

Le soir, coup de fil...
A sa voix, je perçois,
Une blessure qui abîme...
Ecoute, me dit-elle...c'est à pleurer !
Du « Pôle Emploi » j'ai reçu...un imprimé,
Dans quelques semaines, c'est marqué,
Votre contrat est terminé...
Ils me demandent ce que j'ai fait,
Pour trouver un futur emploi..

Sa voix se fêle... »J'ai..un emploi! »
Ils me demandent ce que j'ai fait,
pour me former, pour m'insérer,
Sa voix se gèle.... puis accélère: « Je...suis formée,
depuis trois ans, j'me sens utile, insérée et c'est varié,
pas bien payé, mais..j'veux rester ! »
Sa voix s'étrangle... c'est à pleurer...

Ils me demandent mes compétences
C'que j'ai acquis, que vais-je répondre?
Il y a l'espace ...d'UNE LIGNE
UNE LIGNE.... mais tu te rends compte !

Et Géraldine ???
On n' lui dira même pas MERCI
Bien sûr, pas de parachute doré,
Et même pas d'indemnité
Ils lui précisent... Oh!..comme ils disent
D'étudier ses droits...pour..le R.M.I.
Elle a raison...c'est à pleurer.

Que vais-je dire, à la p'tite fille,
Qui l'aut're jour, près de moi ,s'est assise,
Et ,toute fièrement, m'a dit:
« Tu sais, Maîtresse,moi, quand j'serai grande,
J'irai au collège, comme mon grand frère,
J'irai au lycée, j'passerai mon bac,
Et je ferai...comme Géraldine! »
Je sursaute.. Mon coeur se serre..C'est à pleurer. »

C.Picavet
Professeur des écoles
à l'école des Livres Magiques
Saint-Grégoire du Vièvre (Eure)
Note: Aucune note
Ecrit par: tavardon, Le: 10/08/09