Retraités dans la République

AccueilForumArticlesGalerieTéléchargements
Visiteurs: 285404
Aujourd'hui: 63
Se connecter



S'inscrire

Image aléatoire
Mini sondage
Le Site Retraités dans la République est ?












Résultats



En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total: 1
Newsletter


Voir les Archives


Rss

Mission privée de l'école catholique: évangéliser et combattre la R&



La mission de l'école catholique est d'origine privée, confessionnelle, en aucun cas de service public

CB

voir: http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=141

La décision de l'épiscopat sur l'obligation d'enseigner "la bonne nouvelle" dans tous les établissements d'enseignement catholiques:
http://www.enseignement-catholique.fr/ec/images/stories/hs/hs_annonce-explicite-de-l-evangile.pdf

En résumé par une "personne autorisée":
Le vrai défi de l'Enseignement catholique : l'évangélisation

Par Jean-Baptiste Maillard le vendredi 2 octobre 2009, 12:44


Nul doute maintenant que le premier défi de l'Enseignement catholique - tout comme la catéchèse - est l'évangélisation. On apprend ainsi que le secrétariat général de l'Enseignement catholique vient d'envoyer à tous les chefs d'établissement un document dont tout le monde parle, intitulé Annonce explicite de l'Evangile dans les établissements catholiques d'enseignement. (septembre 2009)

Les écoles chrétiennes : une responsabilité de la mission de l'Eglise

Face à la sécularisation de la société, comment faire une proposition explicite de foi dans les écoles chrétiennes ? s'interroge-t-on. Selon le secrétaire général de l'Enseignement catholique, Eric Delabarre, la conférence nationale de l’enseignement catholique élaborera d’ici à juillet 2009 « des orientations claires » et des instruments pour « aider » tous les établissements à « assumer pleinement leur rôle » : « En matière d’annonce explicite de la foi, explique-t-il, il y a une nécessité de donner des grandes lignes de conduite pour dire ce que l’on peut faire, ce que l’on doit faire et comment. Il ne s’agit pas de convertir les jeunes, mais de proposer pour les professeurs un témoignage de croyant ». D'où ce document Annonce explicite de l'Evangile dans les établissements catholiques d'enseignement qu'il vient d'envoyer à tous les chefs d'établissement, sur lequel nous aurons tout le loisir de revenir.(Nota: ce guide est paru, disponible sur internet)

Dans un entretien donné sur le site de la Conférence des évêques de France, il répond à la question de savoir quelle part prend l'Enseignement catholique dans l'évangélisation (lire ici) :

« Tout élève proche ou éloigné de la foi a le droit d’entendre que Jésus-Christ peut être un chemin pour lui s’il exerce sa liberté responsable. (...) L’annonce explicite de l’Evangile dans les établissements catholiques d’enseignement montre une vraie prise de conscience de l’importance de satisfaire le droit des parents et des enfants à entendre cette annonce dans le respect des libertés de chacun. Dans le cas contraire, l’Enseignement catholique ne répondrait pas à la mission qui lui a été confiée. Il ne suffit pas de vivre l’Evangile à l’intérieur de nos établissements, même si c’est bien et nécessaire. Il faut dire au nom de quoi nous vivons. Et c’est un défi ! »

Comment évangéliser à l'école ?


Dire au nom de quoi nous vivons n'est pas suffisant... si, justement, l'annonce n'est pas explicite, autrement dit si le kérygme n'est pas offert librement dans le cadre d'une première annonce (lire ici une définition de l'annonce explicite et de la première annonce). Ainsi, pour être crédible, le témoignage de vie des enseignants et catéchistes doit être en adéquation avec la Parole de vie annoncée. On ne peut donc faire l'économie de l'amour porté par les enseignants et catéchistes envers les enfants, d'où l'urgence de réfléchir à de nouvelles méthodes éducatives, qui sans laxisme, permettent de respecter l'enfant dans toutes ses dimensions (affectives, psychologiques, spirituelles...) et donc de l'aimer vraiment. Il faut alors des enseignants et catéchistes à la fois exemplaires dans leur conduite et qui, vivant avec le Christ, souhaitent le faire connaître aux enfants qui leur sont confiés. Donc espérer de tout son coeur évangéliser les enfants, tout en respectant leur liberté.

La question du « caractère propre »


On souhaite aussi « garder le caractère propre » des 5.000 écoles catholiques que compte l'Hexagone. Si l'on ne s'attache qu'à la seule identité de ces écoles, c'est une entreprise qui court de le risque de se cantonner à vouloir simplement transmettre aux enfants un savoir, un enseignement chrétien (qui est Jésus ? que dit la Bible, etc.), donc une catéchèse purement théorique. Là se posent de nombreuses questions : qu'est-ce qui distinguerait un cours de musique d'un "cours" de caté ? Comment les élèves seraient-ils plus motivés de participer à ce dernier ? Quelle est la place de la prière à l'école ? On s'aperçoit vite que si une rencontre personnelle avec Jésus n'a pas été vécue chez l'enfant, il sera beaucoup plus difficile - voire presque impossible - de lui apporter une formation spirituelle, d'autant plus si le catéchisme revêt un caractère obligatoire, au même titre qu'un autre "cours". Il paraît donc indispensable de distinguer les enfants croyants des non-croyants, les premiers pour les instruire et nourrir leur foi, les seconds pour leur proposer cette annonce explicite, dans le but de rencontrer le Christ.

Une prise de conscience qui n'est pas nouvelle

C'est un peu ce qu'espérait Mgr Jean-Pierre Cattenoz, quand il demandait, dans une charte pour l'enseignement catholique qu'il avait lancée pour son diocèse en 2006, de « remettre le Christ au centre ». Il avait alors proposé d' organiser un Grenelle de l’enseignement catholique, dans l'optique de réfléchir tous ensemble pour proposer aux jeunes une première annonce de la foi.

La nécessité d'évangéliser à l'école, c'est aussi ce que rappelait le secrétaire de la Congrégation pour l'éducation catholique quand il a invité, le 15 janvier dernier, les responsables de l'Eglise à ne pas perdre de vue que l'école catholique pourrait devenir « dans une société toujours plus sécularisée, le seul lieu de contact avec le christianisme », rappelant ainsi comme bien d'autres le rôle important de l'école catholique dans l'évangélisation des jeunes.

Une question qui touche aussi la catéchèse

C'est encore ce que demandait Benoît XVI aux participants du congrès Ecclesia 2007 sur la catéchèse : « A l'imitation de son Maître et Seigneur, l'Eglise est invitée à mettre en oeuvre une pédagogie d'initiation, prenant acte que nous sommes dans un monde où la culture chrétienne tend à s'effacer. Il s'agit de conduire le croyant au coeur de la foi et de le faire entrer dans un dialogue intime et un échange d'amour avec le Christ-Jésus ».

Un congrès qui avait révélé, entre autres signes, le syndrome d'une mutation difficile de l'Eglise en France pour retrouver une dynamique missionnaire pertinente au plan de la foi et efficace au plan apostolique.

Un chantier qui gêne certains

Au même moment, on apprend qu'un syndicat vient de se créer au sein de l'Enseignement catholique, dont l'un des objectifs affichés et de défendre une certaine interprétation de la laïcité à l'école. Ainsi a-t-on pu lire sur le mur d'informations d'une école chrétienne de la région parisienne : « pourquoi un nouveau syndicat ? (...) défendre la laïcité : pas de discriminations sur la base de convictions religieuses, notamment lors des recrutements, refus de tout communautarisme ; les compétences professionnelles et le respect de la liberté de conscience de chacun sont les garants d'une éducation de qualité. L'éducation à la tolérance est une garantie pour la démocratie et la paix pour tous. » La question de la formation chrétienne des enseignants, telle qu'elle avait été posée par Mgr Cattenoz lors d'une récente assemblée plénière des évêques de France à Lourdes, reste donc toujours d'actualité........

PETAIN avait mis en place l'école catholique d'URIAGE pour former les cadres du "redressement moral et itellectuel de la France". Pascal BALMAND qui a remplacé Eric de Labarre au secrétariat général de l'enseignement catholique écrit en 1988 à propos de la culture sous le régime de VICHY "Rupture dans la redistribution, sans doute peu durable, de lagéographie culturelle et en même temps continué dans le prolongement d'un mouvement vers une culture de masse entamée dans les années 1920 : chaucun insista en effet sur la massification des pratiques(sport, théâtre, radio, cinéma...) liée notamment du point de vue de Vichy à une constante volonté de rencontre entre un large public et des élites nouvelles du type de celles que devait former l'école d'Uriage".
Sarkozy avait annoncé le même type de rupture (voir son discours de LATRAN).

Cet engagement anti républicain se confirmera par le combat de l'église contre l'égalité des femmes et des hommes, par l'opposition au mariage pour tous, en 2012 et 2013.
Voir
Ecole catholique et mariage pour tous http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=233

tavardon Le: 11/11/13