Retraités dans la République

AccueilForumArticlesGalerieTéléchargements
Visiteurs: 281491
Aujourd'hui: 4
Se connecter



S'inscrire

Image aléatoire
Mini sondage
Le Site Retraités dans la République est ?












Résultats



En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total: 1
Newsletter


Voir les Archives


Rss

République: Civitas, ligueur fasciste, subventionné contre la liberté de consc

La stèle du Chevalier de la Barre, à Abbeville, a été vandalisée avec des graffitis qui ne laissent aucun doute sur les auteurs de cet acte.

Le sigle de l’Institut Civitas a été inscrit sur le monument : deux croix dessinées à la peinture noire sur une face du monument et un cœur surmonté d’une croix sur l’autre face.

Rappelons que Jean-François Lefebvre, dit le Chevalier de la Barre, a été torturé et décapité en 1766 à Abbeville, à l’âge de 19, ans pour avoir, précise la stèle érigée en 1907 en sa mémoire, "omis de saluer une procession religieuse".

Soutenu, en vain, par Voltaire, il est devenu un symbole de la laïcité, de la liberté d’expression et contre le délit de blasphème qu’on veut nous imposer de toute part…

L’Association "Le Chevalier de La Barre" qui est à l’origine de la Statue Parisienne au pied du Sacré Cœur, dénonce avec fermeté ces actes inacceptables de vandalisme, qui sont l’expression de l’intolérance et du fanatisme exprimés sans complexe par des groupes religieux de tout bord.
Ces actes nous déterminent dans notre action de défense et de promotion des valeurs de la république et de la laïcité0
Nous ne laisserons pas l’intolérance s’installer en France ni partout ailleurs dans le monde. Daniel BENICHOU Président

Depuis il y a du nouveau facho:
Civitas, association factieuse, jouira-t-elle longtemps de l’impunité ?
Par l'UFAL
Vendredi 4 avril 2014

L’UFAL tire la sonnette d’alarme depuis bientôt deux ans auprès des responsables politiques au sujet des méfaits de l’Institut Civitas. De leur contestation violente de la pièce de théâtre « Golgota PicNic » à leur tentative récente d’interdiction de la diffusion du film Tom Boy sur Arte, sans oublier leur agression physique contre les Femen et la journaliste Caroline Fourest, le dossier à leur charge nous paraissait déjà lourd.
Pourtant, le gouvernement n’a encore pris aucune décision à leur encontre — ne serait-ce que leur interdire de recourir au financement public1 , ce qui aurait déjà marqué un cran d’arrêt à leur action — et les a donc laissé prospérer.
À la lecture de leur dernier communiqué de presse, relatif à la nomination de M. Valls au poste de Premier Ministre, il nous apparaît qu’une absence de réaction des pouvoirs publics serait une faute politique et marquerait un recul des principes républicains.
Une diatribe directement inspirée de l’extrême-droite des années 30
Les ligues fascistes qui sévissaient dans les années 30 en France, avant leur dissolution, n’auraient pas changé une virgule au dernier écrit de l’Institut Civitas. C’est un véritable condensé de l’ensemble des thèses de leur maître à penser commun : Charles Maurras. Tout y est : l’anti-bolchévisme primaire, Civitas parlant de « Valls le rouge » (sic) et de « dictature socialiste » ; l’emprise judéo-maçonnique, puisque M. Valls est présenté comme étant « l’homme du CRIF » et son gouvernement comme « celui de la franc-maçonnerie » ; la distinction chère à Maurras entre « pays légal et pays réel ” ; la France éternelle souillée par les « guillotineurs de 1789 » et la République2…
À cela s’ajoute une saillie qui vise l’histoire personnelle de M. Valls (il est né en Espagne sous la dictature franquiste), Civitas le situant dans la lignée « des macabres républicains de la guerre civile espagnole ». Il est bien sûr cohérent que Civitas défende le régime de Franco, régime d’extrême droite, soutenue par l’Église et notamment par le fondateur de l’Opus Dei dont Civitas est proche idéologiquement.
Civitas doit être mis hors d’état de nuire.
Comme pour le dernier spectacle de M. Dieudonné, que Civitas défend, il nous parait nécessaire que la République s’affirme face à ses adversaires les plus virulents et ne tolère pas tout.
Nous demandons donc au gouvernement de prendre les mesures qui s’imposent face à la réaction et aux fascistes qui rêvent de rejouer le film des années 30.

tavardon Le: 22/06/13