Retraités dans la République

AccueilForumArticlesGalerieTéléchargements
Visiteurs: 323594
Aujourd'hui: 48
Se connecter



S'inscrire

Image aléatoire
Mini sondage
Le Site Retraités dans la République est ?












Résultats



En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total: 1
Newsletter


Voir les Archives


Rss

Sens de la vie, sens de l'univers, l'harmonie

En réponse à un sectaire à l'esprit particulièrement étroit,
( http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=39 ),
voici par exemple une conception répandue dans la République française:

"Les médias du premier novembre reprennent volontiers le sujet du sens de la seule vie humaine. Une approche nombriliste bien sûr devant l’immensité de l’univers dont on interprète la connaissance provisoire d’abord avec la célèbre équation d'Henri POINCARE, -1900-, reprise par Einstein et alors acceptée par la communauté scientifique: E= MC2.

L’énergie présente partout dans l’univers est égale, dans l'état actuel de nos connaissances, à la masse que multiplie le carré de la vitesse de la lumière (300 000 x300000). C’est dire l'importance de l’énergie dans l’univers.

Nous portons donc, quelle que soit notre masse, une quantité d’énergie que notre univers mental ne peut que trouver énorme. La vie, notre vie, est une forme particulière d’organisation de la matière et de l’énergie avec ses forces électromagnétiques, ses forces atomiques considérables.

Dans un mouvement permanent de l'univers comme de nous même « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » (le mot est de LAVOISIER).

Rien n’indique nulle part que l’homme soit un cas particulier échappant à ces fonctionnements universels. Le minéral, le gazeux, le végétal, l’eau, le virus, l’animal, l’être humain existent dans une sorte de continuité dans le déploiement de l’énergie, dans ses transformations. Chaque partie accomplit son cycle, là est le sens de son état momentané, là est aussi le sens de la vie.

Une harmonie avec ce que nous sommes et ce qui nous entoure, voilà le bonheur, le bonheur présent construit avec les autres composantes du monde, y compris les autres êtres humains.

Le sens de la vie est cet accomplissement, et comme toute composante de l’univers, nous avons chacun et en groupe une fonction, un rôle, à trouver, à vivre pleinement : comprendre ce sens n’est pas le lui donner, n’est pas l’inventer, l’imaginer, mais bien le réaliser avec la part de hasard et de liberté que nous pouvons avoir.

Nul doute à avoir : à notre place ni petite ni grande, notre place, individuellement et collectivement, nous participons aux cycles naturels que nous pouvons quelque peu infléchir.

Cette conscience d’appartenance au tout, sans prétention et sans angoisse, sans ce concept de début et de fin que rien n’indique dans l’univers, rend heureux précisément si nous n’avons pas d’autre vaine prétention, comme de s’abstraire de ces cycles universels. Vivre pleinement le moment présent est donc l’important.

Mais cela ne suffit pas : il faut résister sans cesse aux dogmatiques qui, refusant cet état de fait constaté, veulent périodiquement nous imposer leur conception : qu’ils la vivent pour eux est légitime, qu’ils nous l’imposent non. Leur résister est aussi s’inscrire pleinement dans une vie qui a du sens, dans toute sa diversité.

Claude BARRATIER

tavardon Le: 01/02/10